RECONNAIMETOI.COM
RECONNAIMETOI.COM 

Comment me joindre

Rachel 

06.52.58.40.01

L'aspiration au bonheur

La connaissance de soi, 

 

Un moyen Paradoxal « d'atteindre la réussite ».


Certaines de nos capacités sont connues. D’autres sont latentes.

 

Le fait de connaitre ses propres capacités inexploitées et de croire en elles, permet de les activer.

 

Cette connaissance apporte la confiance et le courage indispensables à l’action efficace.

 

« Mais si tu recherches la réussite, tu ne la trouveras pas. 
Le jour où tu abandonnes le fruit de l’action, tu trouves la réussite. »


Comment un tel paradoxe est-il possible ?!!

 

L’être et le conditionnement : « Si tu recherches la réussite, tu ne la trouveras pas. »

« Je pense donc je suis », est une erreur partielle. Cette pensée s’avère pourtant exacte, mais uniquement dans le cadre du conditionnement.

 

Notre conditionnement est un ensemble de constructions mentales, de pensées, de représentations, dans lesquelles nous nous regardons nous-mêmes agir et interagir avec nos semblables et notre environnement. La relation est un miroir dans lequel nous pouvons donc nous observer. 

 

Chaque relation est l’occasion de mieux se connaitre « soi-même », dans le cadre de notre conditionnement, dans un premier temps.

 

C’est l’objet de la psychologie, du développement personnel, qui explorent la surface sociale de la conscience, le conscient, car ils ne s’occupent que de développer les capacités liées au conditionnement. Ce qui n’est pourtant pas négligeable et c’est le but de nombre de personnes.

 

Nous souhaitons tous, en effet, cultiver le bonheur relationnel et évènementiel. Le conditionnement ne peut donc, en aucun cas, être rejeté. Ce serait un véritable suicide intérieur.

 

Il nous faut plutôt l’observer, sans nous opposer à nos défauts, ces aspects de notre personne qui nous dérangent, car « ce à quoi on s’oppose persiste et s’intensifie ». Du fait de son observation, un défaut s’atténuera, voir disparaîtra de lui-même. 

 

Nous évoluons, positivement, ou négativement, alternativement, en fonction de la représentation que nous avons de nous-mêmes, au travers du miroir de la relation. 


C’est le développement de la personnalité. Ainsi, notre première définition de soi est tout d’abord le reflet de la personnalité. Cette représentation est une construction qui se présente sous la forme de pensées : les souvenirs, les concepts, l’éducation, les valeurs, les habitudes, etc.

 

La base primordiale de notre être est une réalité bien plus concrète et plus « matérielle ». Nous verrons aussi que ce qui est apparemment matériel et en fait « immatériel », selon la définition conceptuelle que nous avons de ce mot.


L’être et l’absolu : « Le jour où tu abandonnes le fruit de l’action, tu trouves la réussite. »

« Je pense donc je suis », est une erreur, dans un cadre absolu. Nous sommes inconsciemment en relation avec l’absolu et nos capacités latentes aussi.

 

Nous sommes en fait, bien plus que la somme de nos pensées. Nous sommes aussi autre chose que nos souvenirs, notre histoire, nos valeurs, notre éducation, nos habitudes… Nous sommes « la graine et l’arbre porteur de graines »… 

 

Nous pensons être limités, car telle est la croyance qui correspond à notre conditionnement. Nous ne sommes pas limités, car nous sommes plus que notre conditionnement. Car « tout ce qui est en bas et comme ce qui est en haut ».

 

Nous sommes ce qui est :
Issus de la division, de la multiplication, puis de la transformation des éléments secondaires, eux-mêmes issus de la division et de la multiplication de l’élément « primaire », celui qui est à l’origine, Unique et non divisé. « Je suis donc je suis » serait donc une notion plus en phase avec la réalité.

 

L’Être est chaque personne, chaque chose, car tout est construit, matériellement à partir « du même atome ». Si Je suis l’Être, dans une de ses phases innombrables de division, je n’ai alors aucune limite. Je ne meurs pas, mais je me transforme. Qu’importe alors l’idée de la mort, car c’est le conditionnement qui disparaît, l’Être lui, ne fait que changer d’apparence pour revêtir de « nouveaux conditionnements ». 

 

Ainsi, « celui qui veut sauver son âme », celui qui s’identifie à son conditionnement provisoire, « la perdra », car le conditionnement disparait à la mort du corps, « mais celui qui perd son âme », se détache partiellement de son conditionnement, « la trouvera », son identification à l’Être absolu. C’est cette identification avec l’absolu qui est la clé de la Paix.

 

Comment donner puissance et énergie à ses aspirations :

« Peu importe les circonstances, celui qui recherche et observe l’Être en toute chose reçoit en lui-même ce à quoi il aspire et trouve la force et le courage de le manifester dans sa vie extérieure. » C’est la correspondance de cet adage : « Aide-toi, et le Ciel t’aidera. »

 

L’être est libre de choisir ce qu’il désire. Mais il doit prendre ses décisions avec courage, sans rechercher le fruit de son action. Il savoure ses passions et leur accorde une grande place dans sa vie. Il se réjouit de ses réussites mais il fait la différence entre ce qui est immuable et ce qui est éphémère.

 

Identifié à la fois à son conditionnement et à la fois à l’absolu de l’Être, il permet à l’Être, de faire plus que réguler sa respiration et son flux sanguin, il se laisse inspirer par Lui par le moyen de l’Intuition. Il prend conscience que le discours du mental fait barrage à l’intuition et il apprend à calmer ce discours par la contemplation de ce qui est : l’Être.

 

"Rachel de Cognac http://reconnaimetoi.com"

Merci de mentionner la source pour la diffusion.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© L'Echelle de Rachel