RECONNAIMETOI.COM
RECONNAIMETOI.COM 

Comment me joindre

Rachel 

06.52.58.40.01

NO MAN'S LAND

Vous en êtes à con-naître

ce que vous avez compris.

 

"Ce qui ne s'exprime pas

s'imprime." C.G. Jung

 

Dans la mémoire neuronale et cellulaire.

Le tout est maintenant de ne pas continuer 

à réprimer l'inconscient du corps, mais à le laisser Être...

 

Si L' "autre" nous fait du tort, c'est nous qui sommes encore dans l'illusion...

 

Difficile et inconfortable que de se retrouver entre deux mondes, à la croisée des chemins, ni dans le social illusoire, ni dans le Réel inaccessible et pourtant furtivement atteint parfois, par la grâce d'une Translation provisoire, qui nous laisse entrevoir que c'est possible.

 

Quand parfois, la tentation de replonger totalement dans l'illusion, nous sortirait du marasme schizophrénique, du chercheur des profondeurs de l'inconscient, le souvenir de ce lieu intermédiaire, merveilleux, cette chambre intérieure, que l'on appelle aussi le Temple Invisible, où tout est possible, nous rappelle que l'on peut faire cohabiter avec joie malgré tout, le monde de l'illusion, avec celui du Réel.

 

Que l'amour du Son Primordial, qui produit toute forme, imprègne bien nos romanesques et fantasques histoires d'amour illusoires, que l'on aime encore parfois se raconter, comme tout le monde.


Et pourtant, oui même dans l'illusion de l'amour, l'amour vrai peut se glisser par cette  petite porte d'objectivité grandissante, sur l'illusion elle-même et par la compassion, que nous apprenons à cultiver pour patienter, jusqu'à ce que l'"autre", voit aussi l'illusion, afin qu'à son tour, il puisse y laisser émerger l'amour vrai par-dessus, au cœur même de nos petits arrangements mensongers, avec ce qui est...

 

et s'il ne voit toujours pas, peu importe, ne pas intervenir pour autant, en essayant de manipuler l'autre pour notre confort, mais le laisser trouver son propre pouvoir de guérison seul, lui-même, et ne rien faire pour lui, par Amour de la qualité de son apprentissage, qui ne pourra se concrétiser que par la souffrance et son inévitable réveil.

 

nul besoin donc, que l'autre soit dans cette même volonté d'aller ainsi de soi à Soi, du mental à l'Être, car il est de toutes façons, l'ÊTRE, quoi qu'il nous fasse comme "tort imaginaire".

 

Car si l'autre nous fait du tort, c'est nous qui sommes encore dans l'illusion... Il n'y a pas d'autre, c'est toujours nous, c'est toujours l'ÊTRE, qui se différencie dans les illusions d'une matière qui n'existe pas vraiment, si ce n'est pas la Pensée de l'Esprit qui la sous-tend.

 

Séance inattendue il y a quelques heures, où il m'a été demandé intimement de ne pas mentir à "l'autre", pour le rassurer, mais de lui dire ce qui est, pour le consoler. Avec la dureté que peut avoir la vérité d'un moment, éphémère, et pourtant éternelle en soi.

 

Oui ce No man's land est un marécage parfois, que l'on pourrait croire sans fin. Et aussi, il l'est... Là est tout le paradoxe. Il est à la fois "sans fin" et totale illusion, car le temps de l'incarnation, il est inévitable de le vivre; lorsqu'on a vu clair...

 

Oui, on ne peut plus, ne plus voir clair et c'est là toute la problématique à affronter.

 

Cifer dans Matrix demande à perdre la mémoire de sa clairvoyance, quand il demande à retourner dans la matrice de l'illusion... Mais Morphéus avait bien dit à Néo qu'on ne peut pas faire marche arrière, une fois qu'on est entré dans le terrier du lapin blanc.

 

Pour mieux comprendre toute la douleur et les paradoxes qui viennent ensuite, le film "Gabriel", peut aussi aider à comprendre l'aventure, apparemment agréable que vit Néo dans Matrix. 

Car dans la réalité, nous avons bien du mal à être ce héros courageux, qui ne doute pas de sa puissance et qui accomplit des prodiges... 

présentement, nous n'accomplissons pas de prodiges, nous sommes plutôt l'un des acteurs désappointés et désespérés du film "Gabriel" , qui sont un peu plus proches de nous dans notre quotidien...

 

Ce sont des allers et retours, incessants entre La Lumière de l'Unité entrevue, et l'Ombre Lumineuse des peurs de conservation dans la matière. 

Quand on se laisse happer par le flow social de l'illusion trop longtemps, après avoir vu La Lumière et commencé à sérieusement affronter ses peurs, et que présumant de ses forces, on ne s'est pas suffisamment retourné avec constance et régularité dans la Chambre Intérieure Lumineuse de l'In-Conscient, le déséquilibre est tel dans la conscience qui s'éveille, que le marécage de la mélancolie (du film histoire sans fin) semble ne jamais pouvoir prendre fin.

 

Il n'en n'est rien, si l'on arrive, à se recentrer sur ce qui est, et le plus souvent je prends l'option de me dire "souviens-toi ! Mais si, mais si, allez, souviens-toi, tu n'es pas toujours dans cet état de désespoir et d'incertitude. ça s'en va et ça revient, donc tu remonteras à nouveau la pente, encore une autre fois, et encore une autre fois, et encore, tu le sais..."

 

Et je me nourris à nouveau, doucement, de ce qui me console, de tout ce qui est mental mais à haute fréquence vibratoire, élevé et lumineux, pour regonfler le courage du mental observateur de ce qui est, sans intervenir par la désapprobation du Juge-ment, pour reprendre courageusement, l'ascension circulaire et redondante de la montagne de la compréhension (Cf "Vers le Temple" [intérieur] d'Annie Besant) : « intégration par captation de ce qui est »...

 

car ce n'est pas le temps de se retirer, loin des obligations humaines, dans des rêveries de bisounours, ou, dans un Ashram, au milieu de zombies informes, qui récitent des mantras dans le vacarme des cimbales, de 4h du matin à 2h de l'autre matin ! j'ai connu... wouaou ! l'illusion du spiritualisme, avec toute la violence des incursions dans les limbes infernales du mental. je me suis toujours demandé s'il n'y avait pas de la drogue dans leur nourriture...

 

non c'est le temps de se plonger courageusement dans l'illusion du quotidien ordinaire, pour l'éclairer de l'intérieur !!! même si c'est le moins facile... Retourner dans la Caverne...

 

et on commence par SA PROPRE ILLUSION ! Là est le plus difficile des exercices qui sont proposés, dans l'évolution de la conscience de soi, et de tout ce qui est. ce qui est la même chose...

 

la consolation, les consolations, sont bien maigres apparemment, on comprend Cifer... mais difficile en effet, de retourner dans l'inconscience. et quand je parle d'inconscience, il ne s'agit pas d'In-Conscient, et encore moins d'Un-Conscient, qui est l'état atteignable dans l'aventure. La conscience de l'UN, de l'Unité infinie dans l'absolu, au milieu même du relatif matériel, fini et éphémère.


 

Sans attente de résultat, on arrive à connaître cet "endroit" de la Chambre Intérieure, où « Autre » Chose est là, Vivant, Vibrant, attendant patiemment d'être invité à sortir au grand jour, parce que nous n'aurons plus ni honte, ni inconscience de CELA...

 

Freud l'appelait "Le Monstre Inquiétant"... cet autre Soi, que nous avons bailloné et enfermé, derrière le masque de la personne alitée, malade de n'être personne et malade de ne pas vouloir s'en rendre compte, humblement, objectivement, rationnellement...

 

et cet ÊTRE, enfermé, derrière le masque, demandent à monter à la conscience ordinaire du mental, l'ego-outil, pour œuvrer dans le monde des hommes, Cet Un-conscient, qui demande aussi à prendre conscience de lui-même, est la même flamme originelle reproductible, de tous les In-conscients des humains, qui lui sont semblables physiquement en terme d'énergie, dans leur origine sans mémoire, et ubiquitaires. 

nous sommes dans le quantique des quantiques... dans L'Union Amoureuse avec un grand A, du QUANTA. Nous sommes tous des reproductions différenciées de cette flamme originelle, donc au final, nous sommes tous UN, une seule est même Flamme.

 

Le petit monde des bisounours m'agace prodigieusement, lorsqu'il est recherché pour économiser par paresse, ou par peur, l'effort inévitable de passer par la case :

 

"affronter nos créations mentales illusoires"... ce qui doit enlever, par couches successives, les pelures de cet oignon de faux-ego, qui fait semblant d'être qui nous ne sommes pas.

 

http://notrevoyageinterieur.unblog.fr/sri-aurobindo/sri-aurobindo-ou-laventure-de-la-conscience-par-satprem/la-moitie-obscure-de-la-verite/ 

 

extrait : « il se pourrait que le secret de l’existence nous ait échappé, parce que nous avons imparfaitement compris cette loi duelle de l’ombre et de la lumière, et l’énigme de notre double nature, animale et divine. nous avons vu seulement, une impitoyable lutte du Bien et du Mal, de la Vérité et du Mensonge, où il importait d’être du bon côté…

 

tant que nous rejetterons l’un pour l’autre, nous échouerons misérablement et nous raterons le but de l’existence ; car tout est d’une seule pièce :

 

on ne peut rien enlever sans tout démolir.

 

c’est pourquoi il n’y a pas de miracle pour sauver le monde ; le miracle est déjà dans le monde.

 

tout est là, nous vivons en plein dans le miracle, sans la clef. »

 

Le marasme mélancolique lui-même est une illusion de perception...

 

C'est Le Voile des illusions du mental, qui est à "démolir" !

 

et ne pas confondre, ce sont les illusions qui sont à démolir, pas le mental... On croit que le mental, va disparaître, le mental croit qu'il lui faut disparaître : là ! oublions cette folie !!!!

 

l'Un-Conscient est là, toujours en nous, dans la Chambre Intérieure, et le mental doit y aller pour lui prêter allégeance. Le mental qui se soumet à la Conscience ne meurt pas.


 

« La période décisive de mon développement survint lorsque je n’admettais jamais une vérité dans le mental, sans admettre simultanément le contraire… Résultat, le prestige de l’intellect était parti. » – Sri Aurobindo,

 

et recevoir l'épée :(http://notrevoyageinterieur.unblog.fr/2009/11/05/le-sabre-et-la-conscience/) de la puissance confiante, lorsqu'il en est enfin digne, c'est à dire capable de la maîtriser sans se faire mal à lui-même ou à un "autre" : Le Verbe ou Son Primordial.

 

Cet Un-Conscient donne tout ce que demande le mental, si celui-ci émet la vibration qui correspond à sa demande, mais il doit demander avec cette cohérence, s'il veut obtenir d' apprendre doucement à recentrer son désir, longtemps indécis et confus, sans vrai but, puisque son but est la conservation, il ne connaît guère que ce but là, donc nous vivons dans l'égarement le plus total quant au but de l'existence...

 

le mental doit être prêt, non pas à baigner dans la béatitude reçue par la grâce, mais à retourner dans le marasme de l'illusion, comme dans « le retour dans la Caverne de Platon », pour y faire briller La Lumière In-Terre-Rieur et montrer courageusement qu'elle est bien présente en nous tous. Voilà qui est très dur à vivre dans le quotidien banal, souffrant, et répétitif de la vie ordinaire.

 

cela nous emmène dans les affres du désespoir parfois, car lorsque le mental a vu La Lumière de l'autre côté du voile mental, et qu'il retourne dans la responsabilité de ses choix de vie matérielle, les ombres le rattrapent...


 

il doit alors les affronter, les terrasser, mais sans les tuer. St Michel ne tue pas le Dragon, il le terrasse, c'est-à-dire l'amène en terre, dans l'humus, dans le décryptage : là où se trouve la mémoire neuronale et cellulaire du corps et de l'histoire individuelle de l'humain, l'Un-Dit(Verbe) : "Vie-Duelle"... 


 

Alors pas le choix, on obéit à ce que l'on entend et que l'on écoute attentivement ici, quand on a compris, bien sûr, mais quand on a compris, on est déjà presque guéri. Ce que l'on écoute attentivement ICI est indescriptible et indicible. l"UN-dit "vie-duelle", il demande une expérience, une troisième valeur "inconnue", puisqu'il connait les deux autres.


 

On n'obtient pas La Preuve en cherchant La Preuve, car elle est indémontrable. On défait le voile des illusions, et La Preuve est là, qui nous habite, en Présence constante et fidèle.


 

Comprendre qu'on se raconte des histoires, c'est accepter que nos histoires sont fausses, et accepter, c'est guérir du mensonge intérieur. 

Quand on accepte, l'obéissance reprend sa véritable signification, qui est d'« écouter ATTENTIVEMENT » Le Son Primordial, Le Verbe, qui n'est autre, « dans une première maison » que le Boson de Higgs, derrière le Mur de Planck, cette incroyable « particicule de Dieu » comme la nomme les physiciens, qui ordonne à la matière sa forme, par vibration, et qui elle-même écoute attentivement, par vibration aussi, en écho-image...


 

écouter Cela, est le but de notre voyage intérieur. Et nous ne pouvons écouter Le Son Primordial, que lorsque nous avons imposé le silence à nos illusions. « On ne remplit pas des outres avec du vin nouveau, si elles n'ont pas été vidées. » - Les évangiles.

 

« Là est la mission qui vous est dévolue, si vous l'acceptez », dit-Elle à Fredon dans "le Seigneur des anneaux"...

 

"Rachel de Cognac http://reconnaimetoi.com"

Merci de mentionner la source pour la diffusion.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© L'Echelle de Rachel